Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Carte grise inchangée depuis 65 ans : découvrez la Peugeot 203 de Melle Abgrall

Carte grise inchangée depuis 65 ans : découvrez la Peugeot 203 de Melle Abgrall

Peugeot 203

Yvonne Abgrall est une petite célébrité dans le coin du Calvados où elle habite. Cette retraitée de 94 ans est connue pour son dynamisme dans la région de Norolles. Et surtout pour sa Peugeot 203 de 1954 qu’elle conduit tous les jours depuis cette date (celle de la photo est d’illustration, la sienne est en bien meilleur état !).

Une carte grise vieille de 67 ans

Pas de carte grise de collection pour ce véhicule immatriculé 9 ans après la Seconde Guerre mondiale. Depuis qu’elle a fait l’acquisition de cette Peugeot 2 ans après avoir décroché son permis de conduire, rien n’a changé. Sa 203 porte toujours ses plaques d’immatriculation noires. Ayant immatriculé son véhicule en 1954, elle n’a pas dû s’adresser aux Mines : c’est à partir de 1950 que les préfectures sont devenues compétentes en la matière, pour être remplacées par les formalités en ligne un peu plus de 6 décennies plus tard (plan PPNG). N’ayant jamais déménagé ou perdu son titre, son certificat d’immatriculation a 67 ans.

Pourquoi je changerais ? Elle me va très bien

À chaque contrôle routier, c’est la même chose : les policiers ou gendarmes sont estomaqués. La dernière fois que c’est arrivé, le gendarme a appelé son collègue pour lui demander s’il avait déjà vu ça dans sa carrière. « Jamais » fut la réponse. Car malgré son âge, cette retraitée utilise sa voiture ancienne presque tous les jours. Tout le monde dans les environs connaît la propriétaire de cette Peugeot 203 qui ne passe pas inaperçue. Et quand on lui demande pourquoi elle continue de rouler avec ce véhicule, la réponse fuse : « Pourquoi je changerais ? Elle me va très bCien ! »

Une personne simple qui croque la vie à pleines dents

Pour de nombreux habitants de Norolles, Yvonne est un exemple. Toujours le sourire aux lèvres, de bonne humeur et débordante d’énergie, elle inspire. Et quand on lui demande quel est son secret, elle répond qu’il n’y en a pas. « Il faut avancer, c’est tout. » Après avoir repris la petite ferme familiale avec son frère, elle a continué de vendre son beurre du producteur au consommateur. Ensuite elle n’a pas eu le temps de dire ouf que la retraite a sonné. Et malgré les maigres 680 € qu’elle touche, elle ne se plaint pas : « Il suffit de regarder la télévision pour voir qu’on n’est pas à plaindre. »

Posté le 6 septembre 2019 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies