Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne connais pas le n° d'immatriculation
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > La plaque d’immatriculation à l’avant fait débat outre-Atlantique

La plaque d’immatriculation à l’avant fait débat outre-Atlantique

BMW sans plaque avant

En Amérique du Nord où l’immatriculation est une compétence régionale, les partisans des 2 plaques et de la plaque minéralogique uniquement à l’arrière débattent régulièrement. Jusqu’à s’inviter dans la campagne électorale, le dernier exemple en la matière ayant lieu du côté du Nouveau-Brunswick, au Canada.

Plaque d’immatriculation à l’arrière ou 2 plaques ?

En Europe, tout véhicule est équipé d’une plaque d’immatriculation à l’avant et à l’arrière. Cette configuration est tellement répandue et adoptée depuis longtemps qu’elle ne fait l’objet d’aucune discussion, ou presque. Outre-Atlantique, c’est bien différent. Aux États-Unis, 31 états sur 50 exigent des automobilistes d’apposer une plaque à l’avant. Au Canada, ils ne sont que 4, les 9 autres provinces se contentant de la plaque minéralogique à l’arrière.

Cependant, ce ratio pourrait à nouveau baisser alors que le leader du parti progressiste-conservateur en lice dans les élections du New-Brunswick a inclus dans ses promesses électorales de supprimer la plaque à l’avant.

L’argumentaire du parti est économique : se contenter de la plaque arrière permettrait de faire baisser le coût de l’immatriculation de 50 $. Outre le facteur économique, l’idée séduit de nombreux automobilistes canadiens qui estiment que la plaque à l’avant est inesthétique. Tout le monde serait-il d’accord pour faire tomber la plaque à l’avant ? Non.

Les partisans des 2 plaques se font entendre aussi

Certains s’opposent à la réforme, pour des raisons principalement sécuritaires. La plaque à l’avant permet de doubler les chances d’identification d’un véhicule en cas de délit, d’accident, etc. L’idée n’est donc pas populaire du côté des forces de l’ordre. Elle ne devrait pas non plus séduire les propriétaires de stations-service, dont les caméras pourraient être dans l’incapacité d’identifier un numéro d’immatriculation.

Posté le 19 septembre 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies