Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Voilà ce qu’il se passe avec des plaques d’immatriculation de piètre qualité

Voilà ce qu’il se passe avec des plaques d’immatriculation de piètre qualité

plaque déteriorée

En France comme partout dans le monde, la plaque d’immatriculation de tout véhicule doit être parfaitement lisible à tout moment. Ou plutôt en tout temps, comme on dit chez nos amis canadiens, avec le souci qu’au Québec les plaques d’immatriculation, fournies par le ministère des Transports, semblent être de piètre qualité vu que les cas de plaques qui tombent en lambeaux se multiplient…

La plaque, une affaire d’État

Contrairement à l’Hexagone, il n’est pas possible de se rendre dans un centre auto ou de commander ses plaques minéralogiques en ligne après avoir fourni une simple copie de sa carte grise. Dans la province canadienne, c’est l’État, via la Société d’assurance automobile du Québec, qui fournit les plaques. Or, des conducteurs qui se sont vus remettre ce précieux bout de métal en échange du paiement de taxes conséquentes constatent que leur plaque se désintègre littéralement : pellicule protectrice qui se décolle, chiffres et lettres qui prennent la poudre d’escampette, les cas se multiplient.

La SAAQ botte en touche

Du côté des autorités, on minimise le problème en affirmant que moins de 1 % des véhicules immatriculés ont fait l’objet d’une plainte… ça fait tout de même 630 plaques défectueuses ! Certes, les conditions climatiques sont rudes, mais en 2017 n’est-il pas possible de faire des plaques qui résistent à la lumière du soleil et au gel ? Du côté de la société mandatée pour la production des plaques minéralogiques, on affirme que le processus de fabrication n’a pas changé « depuis plusieurs années ».

Pour un tel souci, les automobilistes peuvent procéder au remplacement gratuit de leur plaque. Ce que beaucoup ne font pas, pour diverses raisons (par paresse, pour profiter de l’immunité face aux radars mobiles et automatiques, etc.), s’exposant tout de même à une amende. Et du côté de la SAAQ, on se penchera sur la qualité uniquement si les cas se multiplient à l’avenir.

Posté le 7 juin 2017 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies