Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Contrôle technique et contre-visite : ce qu’il faut savoir

Contrôle technique et contre-visite : ce qu’il faut savoir

contrôle technique du moteur

Si vous avez été un bon élève du contrôle technique jusqu’à présent, la contre-visite du contrôle technique est peut-être une inconnue. Le risque d’un tel examen de repassage est néanmoins décuplé avec le durcissement du contrôle technique 2018. Il s’agit donc d’un moment opportun pour faire toute la lumière sur la contre-visite du contrôle technique. Pour qui, quand, comment, où et pourquoi : suivez le guide.

CT : qui est soumis à une contre-visite ?

Toute voiture de plus de 4 ans doit passer au contrôle technique tous les 2 ans. Après l’examen renforcé de votre véhicule, on vous remet une fiche qui mentionne les défaillances identifiées. Elles sont classées en 3 catégories :

  1. Défaillances mineures
  2. Défaillances majeures
  3. Défaillances critiques

Si une ou plusieurs des 139 défaillances mineures ont été identifiées, vous ne risquez rien, il s’agit simplement d’une notification qui n’entraîne pas d’obligation de réparation.

Si une ou plusieurs des 340 défaillances majeures ont été identifiées, vous êtes soumis à une contre-visite CT. Vous disposez d’un délai de 2 mois pour présenter à nouveau votre véhicule.

Si l’une des 127 défaillances critiques a été relevée, c’est le scénario du pire : vous devez illico presto vous rendre dans un garage, car votre carte grise n’est plus valable que 24 heures. Seule une attestation spécifique d’un garage vous permettra de rouler au-delà de ce délai. Une défaillance critique ne concerne pas nécessairement une réparation lourde et/ou coûteuse. À titre d’exemple, un simple éclairage de plaque d’immatriculation qui ne fonctionne pas vous oblige à rectifier l’anomalie dans la journée. Sans quoi vous ne pourrez pas rouler votre véhicule le lendemain.

Suis-je obligé de passer la contre-visite dans le centre de contrôle ?

Il s’agit d’une question récurrente lorsqu’on échoue à l’examen du CT : est-il obligatoire d’effectuer la contre-visite dans le même centre de contrôle ? La réponse est non. En effet, le choix du centre de contrôle technique agréé est absolument libre, que ce soit pour la visite ou la contre-visite. Si vous n’êtes pas satisfaits par le service du centre, vous pouvez donc aller voir ailleurs. Pour rappel, il existe en France un peu plus de 6000 centres agréés. Le site Internet de l’organisme technique central recense la liste complète des centres de contrôle technique près de chez vous (véhicules légers ou poids lourds) : il suffit d’indiquer sur leur site votre code postal ou votre ville pour obtenir leurs coordonnées.

Combien coûte une contre-visite ?

Compter environ 15 € pour passer votre véhicule défectueux à la contre-visite. Les tarifs du CT sont sensiblement en hausse en 2018 en raison de la démultiplication des points de contrôle. Ce travail supplémentaire est logiquement répercuté sur le client.

Posté le 4 juillet 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies