Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne connais pas le n° d'immatriculation
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Les radars évoluent en France

Les radars évoluent en France

dans une voiture à radar embarqué

Après la mise en place massive des radars automatiques en France, les « contrôles en approche, en dépassement ou en stationnement » sont les petits derniers de la famille des radars mobiles de nouvelle génération (RMNG) qui ont débarqué en France cette année.

Radars embarqués

Embarqués dans les Renault Mégane ou les Peugeot 208 des gendarmes, les radars permettent de flasher les plaques d’immatriculation des véhicules en excès de vitesse. Le véhicule de contrôle est soit en train de rouler et flashe les excès de vitesse des véhicules les doublant par la gauche ou soit le véhicule avec le radar embarqué est à l’arrêt et flashe les infractions au code de la route. Les caméras permettent également de flasher les véhicules qui roulent dans le sens inverse, moyennant une absence d’obstacle de séparation de voies comme des barrières, des terre-pleins ou des murets.

Les voitures avec radars embarqués roulent principalement sur des routes départementales car c’est là que l’on trouve le plus grand nombre d’accidents mortels. Les radars sont réglés pour flasher les véhicules 20km/h au-dessus de la limitation de vitesse : si la limite est de 50km/h, le véhicule qui se fera flasher roulera au minimum à 70km/h. Les radars embarqués ont pour objectif de flasher les « grands excès de vitesse ». La France compte à présent 2 200 radars fixes, 890 radars mobiles et 66 radars mobiles de nouvelle génération (il faudra en ajouter 240 en 2015 a priori).

Les radars embarqués flashent sans lumière, ce qui signifie que si vous avez été pris, vous ne pouvez pas vous en rendre compte sur le moment. La contravention arrivera à votre domicile (comme avec un radar classique) mais vous n’aurez pas vu de flash le jour du délit. Depuis leur mise en service au premier trimestre de l’année, les premiers radars embarqués ont émis plus de 50 000 avis de contraventions (soit environ 36 PV par jour et par radar !). Pour Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière « si les comportements des Français ont changé, c’est parce que la probabilité d’être contrôlé est plus grande ».

Course à la rentabilité

Au-delà de la modernité de ces nouveaux radars, la Commission du Sénat réfléchit à des solutions pour réduire les frais de gestion des contraventions. L’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions (ANTAI) propose de dématérialiser les envois de contraventions afin de réduire les frais postaux. Il leur faudrait pour cela avoir accès aux adresses mails correspondant aux plaques d’immatriculation des véhicules.
Actuellement, lors de l’élaboration de la carte grise, aucune adresse électronique n’est associée au véhicule, ce qui ne permet pas de pouvoir contacter les propriétaires. Il suffirait de rajouter une mention obligatoire sur tous les formulaires pour récupérer l’adresse mail des propriétaires et entrer tous les nouveaux véhicules dans une base de données géante.

L’enjeu est de taille et le contrôle de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) est omniprésent pour éviter tout abus. La Direction générale des Finances Publiques, de son côté, a un fichier qui établit un rapprochement entre le nom, l’adresse postale et l’adresse mail des contribuables. La Commission du Sénat souhaiterait également mettre en ligne un service de contestation de PV payant (il faudrait payer des frais de dossier). Cette mesure reste à l’étude.
En effet, chaque jour l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions doit traiter 19 000 courriers dont une grande majorité représente des contestations de PV. Le formulaire de contestation est déjà en ligne mais les propriétaires de véhicules qui doivent l’utiliser sont obligés de l’imprimer et de l’envoyer ensuite par la poste, en recommandé.

Pouvoir permettre aux propriétaires de rentrer leurs données en ligne et d’envoyer leurs pièces justificatives par mail permettrait de gagner du temps et de l’argent !

Posté le 30 octobre 2013 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies