Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Comment marche le LAPI ? Démonstration avec la police de Brive

Comment marche le LAPI ? Démonstration avec la police de Brive

voiture équipée d'un lecteur automatique de plaques

La police municipale de Brive-la-Gaillarde s’est dotée depuis 2018 d’un véhicule avec lecteur automatique de plaque d’immatriculation. Si tout le monde ou presque connaît désormais cet équipement, et le redoute, peu sont ceux qui connaissent véritablement son monde de fonctionnement. La police de Brive a accepté de détailler ses procédures de verbalisation par LAPI.

LAPI : les bases

À Brive, le lecteur automatique de plaque d’immatriculation a débarqué en même temps que les nouveaux horodateurs. En bref, le LAPI est un dispositif qui rassemble des caméras qui prennent en photo les véhicules situés dans les alentours. Un logiciel de reconnaissance des caractères identifie alors les numéros de plaque.

Utilisation d’un LAPI

Pour utiliser une voiture LAPI, il faut 2 agents dans le véhicule. Le premier s’occupe de la conduite, le second de l’appareil, qui se commande via une simple tablette. Le dispositif allumé, le duo circule dans les rues de Brive. Tout le territoire peut être couvert en 1h30. Un énorme progrès par rapport aux 3 jours nécessaires s’il fallait faire le même travail à pied.

Cependant, tout n’est pas aussi simple. Il ne s’agit pas de rouler sans interruption pour laisser tout le travail à la machine. Le véhicule doit constamment s’arrêter afin de procéder à des vérifications manuelles. En effet, une voiture peut avoir une carte PMR, un arrêté de stationnement peut avoir été pris. Dans ce cas, les photos des véhicules concernés sont supprimées du système.

Vitesse limitée à 30 km/h

Pour prendre les meilleures photos possible, le véhicule ne doit pas excéder la vitesse de 30 km/h. Le conducteur doit également adapter sa trajectoire en fonction du positionnement des véhicules. Si les agents estiment que cette technologie est un gros plus, surtout par mauvais temps, elle ne doit pas pour autant remplacer totalement le travail à l’ancienne. En effet, le travail à pied permet d’établir un contact avec la population, d’expliquer, de faire de la prévention.

Un travail important dans les bureaux

La ronde en voiture n’est que la partie visible de l’iceberg de la verbalisation par LAPI. De retour au commissariat, un travail important de vérifications a lieu. Le système informatique se charge du plus gros, à savoir de supprimer les photos des véhicules dont la plaque d’immatriculation Corrèze est en règle de stationnement.

Les agents se chargent ensuite de supprimer les photos non exploitables, de corriger les erreurs de reconnaissance optique, parfois de géolocalisation. Pour 1h30 de conduite LAPI, il faut compter 4 heures pour examiner les 120 photos. On est donc loin de la sulfateuse à PV. D’ailleurs, le nombre de PV émis à Brive n’a pas augmenté depuis l’instauration du LAPI : il est stable à 7.000 amendes chaque année.

Posté le 21 octobre 2019 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies