Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Zones de circulation restreinte : attention durant vos voyages en Europe

Zones de circulation restreinte : attention durant vos voyages en Europe

Zone rouge de Chambéry (ZRC)

En tant que Français(e), il est déjà compliqué de se tenir au courant des différentes zones de circulation restreinte qui sont établies ici et là dans les agglomérations hexagonales. Alors imaginez ce qu’il en est à l’échelon européen ! Car oui, il n’y a évidemment pas qu’en France que des restrictions de circulation sont imposées dans les grandes villes. Aujourd’hui, entreprendre un road trip en Europe exige une planification soigneuse : entre ZCR, péages, taxes de circulation dans les centres-ville, l’Europe sans frontières en prend un coup. Explications.

Des règles différentes dans tous les pays

On connaissait déjà des spécificités locales comme la vignette autoroutière suisse, que l’on retrouve désormais dans des pays comme l’Autriche ou la Slovaquie. Dans certains pays, comme en Bulgarie, il s’agit d’une vignette électronique, il est donc fortement conseillé d’anticiper pour éviter de se retrouver au dépourvu.

En ce qui concerne les péages, l’ignorance ne portait habituellement pas à conséquence. On prend un ticket à l’entrée d’autoroute, on paie en sortant aux barrières. Si on n’a pas de liquide, on peut payer par carte, il n’y a pas de mal. Mais que faire quand il n’y a pas de barrières, et qu’il faut payer de sa propre initiative ? C’est notamment le cas sur le périphérique M25 qui mène à Londres. Il y a une redevance de 2,5 livres à payer, sans notification ou obligation. Une erreur de bonne foi peut déboucher sur une amende de plus de 100 €. Et vu que le péage électronique sans barrières se développe, ce cas de figure va se multiplier.

Zones de circulation restreinte en Europe : la vignette Crit’air est inutile

Passons désormais aux zones de circulation restreinte, qui poussent comme des champignons sur le Vieux continent. En France, chaque ville à ses règles, mais la vignette Crit’air est le dénominateur commun du système. Vu qu’il n’y a aucune harmonisation à l’échelle européenne, chaque pays dispose de son propre dispositif. Dans certaines nations, villes et régions disposent parfois d’un système distinct, ce qui impose de multiplier les démarches. Comme nous l’avons indiqué dans un article précédent, vous devez vous enregistrer si vous comptez circuler dans la région de Bruxelles capitale. Et si vous poussez jusqu’aux canaux d’Anvers, vous devez également enregistrer votre numéro de plaque d’immatriculation via un autre portail. Bonjour le casse-tête !

En Allemagne, c’est un peu mieux, avec la mise en place d’un équivalent à la pastille Crit’air. La situation est déjà compliquée, mais dans les mois et les années qui viennent cela va s’empirer. Si vous voyagez dans l’Union européenne, vous allez donc devoir consacrer davantage de temps à préparer votre voyage.

Aucun projet d’harmonisation européenne dans les cartons

On pourrait penser que Bruxelles est en train de plancher sur un projet d’harmonisation. Il n’y a absolument rien de prévu sur ce dossier, qui ressort des autorités locales. À moins d’être propriétaire d’un véhicule vert, il est fortement conseillé de faire des recherches minutieuses avant de se rendre dans tout pays de l’Union.

 

Posté le 13 juillet 2019 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies