Faire ma carte grise ou mes plaques en 2min
  1. Blog
  2. Moto : les préconisations du comité des experts du CNSR qui fâchent

Moto : les préconisations du comité des experts du CNSR qui fâchent

Equipe Eplaque

Publié par Eplaque

Posté le 10 février 2021 - 2 min de lecture ⏳

assurance moto comparaison

Le 3 février dernier, le comité des experts de la sécurité routière a publié un nouveau rapport consacré aux motos. Intitulée « Vers un usage adapté à leur vulnérabilité », cette analyse énumère 28 recommandations oscillant autour de 6 thématiques. Les associations de motards tirent à boulets rouges sur les préconisations du comité. Selon elles, c’est encore et toujours plus de répression. Et ce malgré les énormes progrès enregistrés durant ces dernières années en termes de sécurité des deux-roues.

Port du casque intégral, carte grise moto plus chère, gilet airbag, plaque d’immatriculation moto plus grande…

Les motards qui ont immatriculé un engin de plus de 10 ans depuis le 1er janvier l’ont découvert. Le prix de la carte grise pour les deux-roues anciens a doublé en 2021. Ou plutôt la réduction de 50 % sur le prix du cheval fiscal a été supprimée. Le comité des experts de la sécurité routière recommande « une fiscalité identique pour les différentes catégories de véhicules ». Soit la fin du cheval fiscal à 50 % ou encore l’exonération du malus écologique.

Le comité souhaite également que la taille des caractères sur les plaques motos soit identique à celles des plaques auto. Leur hauteur devrait donc passer de 75 à 45 mm et leur largeur de 23 à 39 mm, selon eux. Une telle décision devrait mécaniquement augmenter la taille des plaques moto… Le but est bien entendu de « rendre le contrôle des vitesses effectif pour les 2RM », selon les experts.

Ils souhaitent également encourager ou rendre obligatoire l’utilisation de nombreux équipements de sécurité. Par exemple le casque intégral, le gilet airbag. Les motos devraient être équipées de systèmes d’assistance à la conduite comme certaines voitures, du freinage intégral couplé, etc.

La déléguée interministérielle à la sécurité routière calme le jeu

Cela dit, il n’y a pas (encore) péril en la demeure pour les motards. Comme l’a immédiatement précisé la déléguée interministérielle à la sécurité routière, ce rapport n’est pas contraignant. Cela dit, on ne peut pas écarter la possibilité de voir quelques-unes de ces idées être adoptées. Reste à savoir lesquelles, et surtout combien d’entre elles.

Du côté des associations de défenses des motards, les réactions n’ont pas tardé. Elles dénoncent les idées avancées par le rapport. Selon elles, les mesures sont extrêmes alors que d’énormes progrès ont été enregistrés en termes d’accidentologie. Par exemple, on est passé de 0,3 % de motards décédés annuellement sur les routes il y a un peu plus de 40 ans à 0,02 %. Bien entendu, toute victime est de trop. Mais le risque zéro sur les routes n’existe pas, quel que soit le véhicule.

Une question ? Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.