Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne connais pas le n° d'immatriculation
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > La police chinoise teste des lunettes capables de reconnaître les plaques

La police chinoise teste des lunettes capables de reconnaître les plaques

lunettes connectées qui lisent les plaques

On connaissait les LAPI, acronyme de lecteur automatique de plaques d’immatriculation, des dispositifs embarqués dans des véhicules de police ou placés le long des routes pour reconnaître les numéros de plaques minéralogiques à diverses fins. La technologie est en train de faire un bond : en Chine, la police est en train de tester des lunettes capables de reconnaître automatiquement les plaques, et bien plus encore.

Des lunettes connectées auxquelles rien n’échappe, même les plaques d’immatriculation

La Chine investit lourdement dans les technologies visant à améliorer la sécurité, mais aussi la surveillance de ses citoyens. L’empire du Milieu investit notamment dans des systèmes de caméras avec reconnaissance faciale, qui permet d’identifier automatiquement les criminels et de procéder à leur arrestation. Pékin finance de nombreuses start-ups spécialisées dans l’intelligence artificielle.

L’un des derniers développements en la matière est la conceptualisation de lunettes connectées qui permettent d’identifier individus et propriétaires de véhicules via la plaque, de façon totalement automatisée. C’est la société LLvision qui a développé ce produit. Dignes d’un film de science-fiction, elles permettent aux policiers d’identifier automatiquement des personnes ou des véhicules recherchés grâce à la reconnaissance automatique du numéro de plaque minéralogique.

Un scénario à la Big Brother

Si cette technologie présente de nombreux avantages sécuritaires, les risques de dérives sont néanmoins bel et bien réels. Elle pourrait être, par exemple, utilisée pour traquer le délit d’opinion. Un scénario orwellien n’est pas à exclure : tous les outils technologiques sont là, ou en cours d’élaboration, pour nous propulser dans un monde dystopique qui relevait autrefois de la science-fiction.

Crédit photo : Reuters

Posté le 14 mars 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies