Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Plaques d’immatriculation illégales distribuées… par l’État belge

Plaques d’immatriculation illégales distribuées… par l’État belge

Voiture avec plaque personnalisée HAHAHA en Belgique

Tandis que les problèmes concernant les immatriculations en France se poursuivent, force est de constater qu’il n’y a pas que chez nous que l’État patine. Outre Quiévrain, les autorités belges viennent de réaliser que pendant 4 mois, elles ont fourni des plaques d’immatriculation illégale aux automobilistes désireux d’obtenir une carte grise pour leur voiture. Un couac qui va compliquer la vie de quelques automobilistes…

La plaque personnalisée est responsable

En Belgique, la plaque d’immatriculation arrière est fabriquée par l’organisme public en charge des immatriculations. Cela permet notamment de presque éliminer le phénomène des doublettes, vu qu’une personne qui roule avec de fausses plaques est exposée étant donnée que la plaque arrière ne dispose pas du logo et de l’hologramme officiel. Depuis quelques années, il est possible de commander une plaque personnalisée, pour un montant de 1000 €. Le prix avait été porté à 2000 € en décembre 2015, mais le gouvernement a vite fait machine arrière après la chute des demandes de plaques personnalisées.

Les automobilistes sont vraiment libres dans le choix de leur références d’immatriculation : que des lettres, que des chiffres, de 1 à 7 caractères… Seulement voilà, il y a des contraintes qui n’ont pas été prises en compte par le système de personnalisation de plaque en ligne. À savoir que les plaque d’immatriculation qui ne comporte que des chiffres sont réservées aux véhicules immatriculés avant le 31 décembre 1953. En France, les véhicules de collection ont le droit d’arborer une plaque vintage de collection, en Belgique d’avoir une plaque ne comportant que des chiffres.

Une nouvelle plaque minéralogique pour ces automobilistes

Il s’agit donc d’un couac dans le lancement de l’outil de demande en ligne de plaques personnalisées, qui a « oublié » d’informer, et surtout d’empêcher les automobilistes de demander une référence d’immatriculation ne comportant que des chiffres si le véhicule date d’après 1953. Il aura fallu la vigilance de citoyens et un article de presse pour que le gouvernement se rende compte de son erreur. Les personnes qui ont fait une telle demande vont recevoir un courrier leur signifiant la radiation de leur plaque. Elles auront le choix entre le remboursement des frais de plaque personnalisée (1000 €), ou l’échange contre une nouvelle immatriculation de leur choix.

Posté le 27 juillet 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies