Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Les plaques d’immatriculation non locales vont avoir la vie dure à Pékin

Les plaques d’immatriculation non locales vont avoir la vie dure à Pékin

Pékin

Si vous pestez contre les restrictions de circulation qui ont été mises en place à Paris via les ZRC, la lecture de cet article pourrait vous aider à relativiser. Non seulement il est très difficile de se procurer une plaque d’immatriculation à Pékin (à moins d’opter pour une voiture électrique et sa plaque verte). Mais, désormais, si vous n’êtes pas résident vous ne pourrez circuler que quelques semaines par an dans la capitale chinoise. Les autorités traqueront les plaques minéralogiques pour imposer le règlement.

Plaque non locale = 12 entrées par an

Si vous n’êtes pas domicilié dans la capitale chinoise et que vous possédez votre propre véhicule, vous ne pourrez entrer que 12 fois par an dans la ville. À chaque entrée, le permis est valable 7 jours. Si vous restez dans la capitale chinoise pour une période prolongée, cela signifie que votre séjour, accompagné de votre véhicule, est limité à 12 semaines. Les autorités sont forcées d’adopter des règles de plus en plus dures afin de limiter la pollution atmosphérique. Néanmoins, les règles concernant les quotas d’immatriculation sont derrière l’instauration de cette nouvelle contrainte.

Les immatriculations sont plafonnées à Pékin ? Les gens vont ailleurs

Nous l’avons expliqué dans des articles précédents : à Pékin, l’attribution de nouvelles immatriculations se fait sur base d’un tirage au sort. Il faut donc être chanceux pour pouvoir posséder son propre véhicule, ou avoir les moyens d’acheter une plaque. Certains ont même été jusqu’à organiser de faux mariages pour pouvoir acquérir une précieuse immatriculation, après que le gouvernement ait émis des contraintes pour éviter le transfert de plaques, devenu un marché juteux.

Toujours plus imaginatifs, les Pékinois ont alors trouvé des combines pour faire immatriculer un véhicule ailleurs en Chine, et l’utiliser ensuite dans leur ville.

Les autorités de ne sont pas dupes, d’où l’instauration de ce nouveau système. Reste à savoir ce que les habitants de la capitale de l’empire du Milieu vont imaginer pour contourner à nouveau cette règle. Vu leur créativité, nous n’avons aucun doute qu’un petit malin va bientôt trouver la faille à ce casse-tête de l’immatriculation d’un véhicule à Pékin.

Posté le 20 juin 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies