Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Perpignan : ce scooter s’intéresse-t-il à votre plaque d’immatriculation ?

Perpignan : ce scooter s’intéresse-t-il à votre plaque d’immatriculation ?

scooter lapi de Perpignan

Vous l’avez peut-être aperçu durant ces derniers jours, arpentant les rues de Perpignan. Un scooter équipé à l’arrière d’une valise et d’un équipement étrange circule depuis peu sur le territoire de la préfecture des Pyrénées-Orientales. S’agit-il de l’une de ces sulfateuses à PV, déjà actives dans certaines communes notamment d’Île-de-France ? Non, mais cela pourrait bientôt changer.

Le scooter de Perpignan est bien équipé d’un lecteur automatique de plaque

L’équipement que vous voyez derrière le deux-roues est bien un LAPI, acronyme de lecteur automatique de plaque d’immatriculation. Appartenant à la société Indigo qui gère le stationnement à Perpignan, il enregistre les numéros de la plaque minéralogique des véhicules stationnés dans la ville d’Occitanie. Pas pour dresser des PV, mais pour engendrer de précieuses statistiques concernant le stationnement dans le centre.

Le scooter permet notamment de récolter de précieuses informations concernant le taux de rotation, le taux de disponibilité des places de parking… mais aussi le taux de paiement. Pour l’instant le deux-roues est toujours en phase de test. Lorsqu’on demande à la société Indigo si le scooter pourrait être utilisé à des fins de verbalisation, on botte en touche. Le responsable d’exploitation a déclaré : « Le scooter circule en ville et flashe les plaques des voitures garées. Nous n’avons pas le droit de verbaliser, nous sommes dans l’obligation d’avoir un agent assermenté sur place. »

Le scooter pourrait tout de même servir à mettre des PV

C’est vrai, ce matériel qui appartient à une société privée n’a pas le droit de fournir des données pour verbalisation automatique. Par contre, il peut servir de mouchard en signalant les véhicules en défaut de paiement à des agents assermentés circulant dans les rues de la ville. C’est d’ailleurs ainsi que cela se passe à Paris. Ville où le marché du stationnement public est partagé par 2 sociétés : Urbis et… Indigo.

Source et crédit photo : L’Indépendant

Posté le 24 août 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies