Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Le marché de l’occasion a le blues

Le marché de l’occasion a le blues

voitures d'occasion

Les professionnels de l’occasion ont connu une année 2017 plutôt bonne, malgré un mois de décembre en demi-teinte. Mais, depuis, la morosité s’est installée dans le secteur de la vente de la voiture de seconde main. Comment expliquer ce renversement de tendance ? Plusieurs raisons sont avancées, dont les problèmes engendrés par la carte grise en ligne.

PPNG lancé en novembre, les ventes baissent en décembre, hasard ?

Difficile de ne pas relever cette chronologie. Tandis que la réforme PPNG s’est propagée à l’intégralité des départements français courant novembre 2017, c’est à partir de décembre que les ventes de véhicules d’occasion ont commencé à baisser dans l’Hexagone. S’il n’est pas rare qu’un mois soit moins bon que le précédent, il est moins fréquent de connaître des tendances baissières trimestrielles, surtout en l’absence de récession.

Pourtant, 2018 devait être en principe une bonne année pour le marché de l’occasion avec la mise en place de la prime à la conversion. Mais les retards dans la délivrance des cartes grises, en raison des bugs qui émaillent les systèmes de l’ANTS, ont mis des bâtons dans les roues de cette aide. C’est également le marché dans son ensemble qui est touché par ces retards en cascade du côté des immatriculations.

La guerre au diesel est aussi citée parmi les responsables

Il serait évidemment trop facile de tout remettre sur la réforme de la dématérialisation des demandes de titres. Les professionnels de l’occasion doivent également faire face à d’autres vents contraires, à savoir la guerre qui a été déclarée au diesel. Etant donné que le parc automobile français comporte encore énormément de véhicules utilisant ce carburant, l’offre en diesel est fort importante. Vu les mesures prises par le gouvernement, les candidats acquéreurs ne se bousculent plus au portillon, préférant les véhicules à essence ou au gaz. Résultat des courses, il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande, qui explique probablement une partie des difficultés rencontrées par les vendeurs de voitures d’occasion.

Avec l’été qui approche, les problèmes ne risquent pas de s’arranger. Les marchands n’ont plus qu’à espérer que l’ANTS réglerait rapidement ses soucis et que les 4 derniers mois de l’année seront bons afin de limiter la casse.

Posté le 15 juin 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies