Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Les différents éthylotests, que dit la loi ?

Les différents éthylotests, que dit la loi ?

Tous les automobilistes français ont pour obligation de disposer dans leur véhicule d’un éthylotest. Si depuis le 1er mars 2013 l’infraction n’est plus sanctionnée par le Code de la Route, posséder un éthylotest est un acte citoyen d’autorégulation. Chimiques ou électroniques, plusieurs éthylotests existent !
Les éthylotests chimiques et électroniques

Les éthylotests chimiques et électroniques sont les deux éthylotests présents sur le marché. Cependant, depuis quelques temps maintenant, leur fiabilité et leur efficacité sont remises en cause. Malgré leur conformité à la norme NF, la crédibilité des résultats obtenus avec ces appareils ne semblent pas optimale.
Il est tout de même important de se munir d’un ou plusieurs éthylotests à usage unique. Dans le secteur, c’est Contralco qui s’impose comme leader dans la vente d’éthylotests chimiques et d’éthylotests électroniques mobiles (Vous en trouverez à la vente sur Oreca Store par exemple).

Ethylotests électroniques et chimiques, comment ça fonctionne ?

L’éthylotest électronique doit être utilisé une heure après la dernière consommation d’alcool. Très simple d’utilisation, il suffit de le mettre en marche et de souffler. L’appareil se charge ensuite de convertir les résultats pour obtenir le taux d’alcool présent dans le sang. L’éthylotest électronique doit cependant être re-calibré tous les ans pour éviter les résultats corrompus.
Pour les éthylotests chimiques, c’est l’éthanol présent dans l’alcool, qui se propage ensuite dans le sang qui permet de faire réagir l’appareil et donc de déterminer le taux d’alcoolémie présent dans le sang du conducteur. Il est très important de vérifier la date de validité de ces éthylotests individuels jetables.
Ne pas confondre avec l’éthylomètre !

Attention à ne pas confondre éthylotest et éthylomètre ! Le premier est utilisable par tous, et notamment par les conducteurs eux-mêmes tandis que le second est utilisé par les forces de police. Il permet de déterminer plus précisément le taux d’alcool présent dans le sang d’un automobiliste contrôlé positif avec un éthylotest.
Les éthylotests anti démarrage

Une autre forme d’éthylotests existe mais celle-ci n’est pas commercialisée au grand public à cause de son coût trop onéreux. Il s’agit de l’éthylotest anti démarrage. Le principe est simple, avant chaque démarrage, l’automobiliste doit souffler dans un appareil relié directement à son véhicule. Ce dispositif est pour le moment utilisé par les entreprises et les administrations.

4 étapes d’utilisation :
–    Mettre le contact
–    Souffler dans l’éthylotest
–    Si le taux est conforme le démarrage est autorisé
–    Si le taux est dépassé, le système anti démarrage du véhicule s’active
Posséder un éthylotest et contrôler son taux d’alcoolémie est un acte citoyen d’autorégulation à prendre au sérieux même si la peur de l’amende n’est plus au rendez-vous. Pour les plus réfractaires, un éthylotest chimique à moins de 3€ fera parfaitement l’affaire, alors autant ne pas s’en priver !

Posté le 23 mars 2016 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies