Faire ma carte grise ou mes plaques en 2min
  1. Blog
  2. Les déboires de la plaque d’immatriculation en Ontario

Les déboires de la plaque d’immatriculation en Ontario

Equipe Eplaque

Publié par Eplaque

Posté le 21 février 2020 - 2 min de lecture ⏳

Nouvelle plaque de l'Ontario

Décidément, c’est à croire qu’il y a une sorte de malédiction qui frappe la plaque d’immatriculation au Canada. Après les plaques minéralogiques du Québec qui s’effritent en quelques années, c’est autour de l‘Ontario d’avoir bien des soucis avec l’immatriculation. Afin de régler un problème similaire, le gouvernement a introduit une nouvelle plaque. Il y a juste un problème : elle est quasi illisible la nuit tombée.

Des plaques garanties à vie… mais illisibles

Est-ce en raison des conditions météo qui peuvent être rudes au Canada ? Quoi qu’il en soit, il y a souvent des problèmes de durabilité avec les plaques d’immatriculation. Ce fut notamment le cas au Québec et en Ontario. Dans ce dernier État, le gouvernement avait dévoilé une nouvelle plaque en 2019. Mais alors qu’elles commencent à proliférer sur les routes ontariennes, les citoyens se questionnent sur les réseaux sociaux.

La plaque est illisible le soir et la nuit, selon de nombreux automobilistes. Le premier à lancer l’alerte fut un policier. Celui-ci a publié sur les réseaux sociaux la photo d’une voiture sur un parking « relativement bien éclairé ». En légende, il a demandé si la police avait été consultée concernant ces nouvelles plaques. « Elles sont quasiment illisibles la nuit, » a-t-il relevé. Il est loin d’être le seul à le penser : un porte-parole de la police de l’Ontario a confirmé que de nombreux commentaires allant de ce sens ont été faits par des agents de terrain et des citoyens.

Il n’y a pas que les humains qui ont du mal à déchiffrer ce qui est écrit sur ces plaques minéralogiques. Les systèmes de lecture automatique de plaques d’immatriculation éprouvent également des difficultés à les lire.

Les autorités affirment qu’il n’y a pas de problème, puis se ravisent

Dans un premier temps, le gouvernement de l’Ontario s’est voulu rassurant en affirmant qu’il n’y avait aucun problème. Que toutes les parties prenantes avaient été impliquées dans le processus de conception de ces nouvelles plaques. Mais peu de temps après, la ministre des Services aux consommateurs annonçait avoir saisi le fabricant, 3M, afin de se pencher sur les problèmes rapportés.

Pour l’opposition, ce fiasco a des motifs politiques. Selon elle, la couleur bleue a été choisie car elle correspond à celle du parti en place. Ce ne serait pas la première fois qu’il agit ainsi. Les autocollants de la taxe carbone pour stations-service ont adopté les mêmes couleurs lorsqu’ils ont été mis en place. Et eux aussi avaient des soucis : ils se décollaient.

 

Commenter

Conformément au règlement général sur la protection des données (RGPD), nous vous informons que nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez ce suivi. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre page dédiée.