Faire ma carte grise ou mes plaques en 2min
  1. Blog
  2. Histoire du permis de conduire

Histoire du permis de conduire

Equipe Eplaque

Publié par Eplaque

Posté le 14 juillet 2020 - 3 min de lecture ⏳

Visuel permis de conduire

Le déconfinement a permis aux jeunes et moins jeunes de reprendre leur formation routière. Mais connaissent-ils l’histoire de ce précieux morceau de papier rose représentant le sésame qui ouvre les portes de la mobilité ? Aujourd’hui, nous vous proposons de passer en revue l’histoire du permis de conduire, de ses origines à nos jours.

Certificat de capacité : 1899

Le permis de conduire va bientôt fêter ses 100 ans. Mais son origine est encore plus ancienne, vu que son prédécesseur, le certificat de capacité, fut obligatoire dès 1899. Avant même cette date, ce document était exigé pour rouler à Paris, notamment, après dans d’autres départements. Le certificat de capacité était décerné tantôt par un ingénieur des mines, tantôt par le constructeur automobile.

Ce n’est qu’en 1899 que le certificat de capacité fut harmonisé à l’échelon national. Désormais, ce sont les préfectures qui délivrent les certificats, sur avis favorable des mines. On évoqua ensuite l’abrogation du certificat de capacité. L’idée était de responsabiliser les conducteurs : les maladroits allaient devoir répondre de leurs actes devant les tribunaux. Mais en raison de la multiplication des accidents, la population elle-même poussa pour un contrôle plus strict des personnes autorisées à conduire des véhicules automoteurs.

Et pour preuve que le permis à points n’est pas neuf, le certificat de capacité pouvait être confisqué à son propriétaire s’il recevait 2 contravention dans l’année.

Permis de conduire : 1922

C’est en 1922 que l’histoire du permis de conduire démarre. Il fait son apparition dans le premier véritable Code de la route en France, publié dans un décret du 31 décembre 1922. L’article 29 se lit ainsi :

« Nul ne peut conduire un véhicule automobile s’il n’est porteur d’un certificat de capacité délivré par le préfet du département de sa résidence, sur l’avis favorable d’un expert accrédité par le ministre des Travaux publics. Ce permis ne pourra être délivré à l’avenir qu’à des candidats âgés d’au moins 18 ans. Il ne pourra être utilisé pour la conduite soit des voilures affectées à des transports en commun, soit des véhicules dont le poids en charge dépasse 3 000 kg, que s’il porte une mention spéciale à cet effet. »

L’une des grandes différences entre le certificat de capacité et le permis de conduire concerne la délivrance. Ce ne sont plus les mines qui valident les capacités des conducteurs, mais un « expert accrédité ». Ces experts sont fournis par l’Union nationale des associations de tourisme. Cette Union est également chargée de tenir un fichier des personnes qui ont reçu un permis.

Histoire du permis : les réformes majeures

Suspension du permis de conduire : 1927

A partir de 1927, les préfets ont le droit de suspendre le permis de conduire des chauffards. Un tribunal peut même annuler à vie un permis.

Catégories de permis : 1954

En 1954, le Code de la route est remanié afin de mieux prendre en compte les réalités d’après-guerre de la mobilité. En ce qui concerne le permis de conduire, ce sont les catégories qui font leur apparition (permis B, permis D, permis A…). Un contrôle médical est introduit pour certaines catégories.

Auto-écoles : 1958

La privatisation de l’enseignement de la conduite fut décidée en 1958. Les auto-écoles deviennent les seuls organismes qui peuvent dispenser ce genre d’enseignement. Les moniteurs doivent être en possession d’un certificat d’aptitude professionnelle et pédagogique (à moins d’avoir enseigné la conduite pendant au moins 2 ans avant la promulgation du décret).

Conduite accompagnée : 1987

Le principe de la conduite accompagnée, pour aider les jeunes à faire leurs premiers pas derrière le volant en toute sécurité, est introduit en 1987.

Permis à points : 1992

C’est en 1992 que le permis de conduire introduit le fameux système de points. Les automobilistes trop souvent verbalisés risquent de perdre leur permis, et de devoir suivre des stages pour le récupérer.

Permis probatoire pour les jeunes : 2002

15 ans après l’introduction de la conduite accompagnée, les jeunes font l’objet d’une nouvelle mesure avec l’introduction du permis probatoire. À savoir un permis à points plus strict qui invite à la prudence.

Réforme du permis de conduire : 2013

L’examen pratique du permis de conduire a été modifié en 2013. Le « papier rose » est remplacé par le nouveau permis de conduire, qui devient désormais une carte plastifiée de type carte bancaire. Les anciens permis resteront néanmoins valables jusqu’en 2033.

Une question ? Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.