Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > L’État compte augmenter le prix de la carte grise des véhicules puissants

L’État compte augmenter le prix de la carte grise des véhicules puissants

Tesla Model S

Si l’État a déjà augmenté les tarifs 2018 du malus écologique, son appétit taxatoire concernant l’automobile n’est pas pour autant repu. D’ici peu, on devrait assister à une augmentation du prix de la carte grise pour les grosses cylindrées. Pourquoi de telles velléités, alors que le bonus-malus écologique plombe déjà grandement le prix du certificat d’immatriculation des voitures puissantes ? Explications.

À la chasse des voitures de luxe

Certes, le système du malus écologique peut faire prendre 10.000 € (et 10.500 € à partir de l’année prochaine) au prix de la carte grise pour les véhicules qui émettent plus de 186 g de CO2 au kilomètre (contre 10.000 € pour les véhicules qui rejettent plus de 191 g de CO2 au km actuellement), mais il ne s’applique pas à toutes les voitures de luxe. De plus, si le système handicape les voitures qui en ont sous le capot, il impacte également des véhicules abordables, mais polluants.

À titre d’exemple, le prix de la carte grise de la Model S de Tesla, qui dispose tout de même de plus de 300 chevaux sous le capot et qui coûte environ 150.000 €, varie de quelques euros de frais d’acheminement et de gestion à moins de 100 € en fonction des départements.

Le barème du prix de la carte grise en fonction des chevaux fiscaux va être revu

Pour corriger cette « injustice », Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a indiqué qu’il travaillait sur les chevaux fiscaux des cartes grises. On risque donc de voir apparaître une nouvelle grille tarifaire qui, au lieu de multiplier simplement le nombre de CV par le tarif de celui-ci dans le département d’immatriculation, fera peser un poids plus lourd sur les grosses cylindrées, par exemple en multipliant le prix du cheval fiscal par un coefficient de 1,5 ou 2 à partir de disons 15 CV.

Au final, ce changement de politique fiscale automobile ne devrait pas impacter un très grand nombre d’automobilistes. Mais pour les amateurs de moteurs puissants qui ne roulent pas nécessairement sur l’or, cette mesure risque de faire grincer des dents.

Posté le 5 octobre 2017 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies