Faire ma carte grise ou mes plaques en 2min
  1. Blog
  2. Défaut d’assurance : en augmentation, probablement à cause du coronavirus

Défaut d’assurance : en augmentation, probablement à cause du coronavirus

Equipe Eplaque

Publié par Eplaque

Posté le 13 août 2020 - 2 min de lecture ⏳

assurance auto

Le défaut d’assurance, cette pratique qui consiste à rouler avec un véhicule qui n’est pas en règle d’assurance, était déjà répandu. Mais avec la crise économique engendrée par le coronavirus, les choses se sont empirées. Depuis le déconfinement, cette infraction a augmenté de 6 %. C’est Le Figaro qui annonce la nouvelle, sur base des statistiques recueillies par les forces de l’ordre.

Attention aux contrôles

Cette hausse est d’autant plus malheureuse qu’il n’a jamais été aussi risqué de rouler sans assurance auto. En effet, depuis l’année dernière un fichier des véhicules assurés (FVA) a été mis en place. La police et la gendarmerie ont accès à ce fichier qui est tenu à jour par les assureurs. Les policiers n’ont donc même pas besoin de viser un justificatif d’assurance pour savoir si un véhicule est en règle. Il suffit d’entrer le numéro d’immatriculation dans le système et d’attendre quelques secondes pour avoir la réponse.

Vidéoverbalisation en cas de défaut d’assurance

Et vu que l’on arrête jamais le progrès, les systèmes de vidéoverbalisation sont même capables d’interroger automatiquement le fichier des véhicules assurés. Si la plaque d’immatriculation n’est pas en règle, le véhicule concerné est immédiatement identifié.

De plus, défaut d’assurance signifie souvent contrôle technique qui n’est pas en règle. En effet, il faut impérativement présenter une attestation d’assurance pour pouvoir passer le CT. Voir la liste des documents à présenter pour le contrôle technique.

Oubli ou problème financier ?

Durant le confinement, certaines voitures sont restées immobilisées pendant des semaines. Cela explique peut-être pourquoi certains conducteurs ont oublié de payer leur prime d’assurance. Cependant, on peut également deviner que certains automobilistes, durement touchés par la crise, ont dû faire des choix quant à l’allocation de leur budget. On pense notamment aux indépendants qui travaillent dans les services, les restaurateurs, etc.

Défaut d’assurance : un délit sévèrement puni

Le défaut d’assurance fait l’objet d’une sanction financière allant de 750 à 3.750 € pour une première infraction. En cas de récidive, le montant de l’amende est de 7.500 €. De plus, le véhicule peut être saisi, et le permis suspendu pour une période pouvant aller jusqu’à 36 mois. Il s’agit très certainement de quelque chose avec lequel on ne badine pas. Si vous éprouvez des difficultés financières, optez pour une couverture minimale RC si ce n’est déjà pas le cas. Pour faire baisser la facture, l’assurance au kilomètre est une excellente option pour les petits rouleurs.

Une question ? Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.