Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Carte grise en ligne : le défenseur des Droits demande des comptes au gouvernement

Carte grise en ligne : le défenseur des Droits demande des comptes au gouvernement

Défenseur des droits

Presque un an après la réforme de la carte grise en ligne, et de dématérialisation d’autres demandes de titres, la situation reste chaotique. En atteste l’intervention de Jacques Toubon, défenseur des Droits, auprès du gouvernement, qui a interpellé le 3 septembre dernier le gouvernement dans sa décision 2018-226, qui comporte plusieurs recommandations pour améliorer l’expérience des usagers.

Un communiqué de presse a été publié hier sur le site du défenseur des droits. Il appelle le gouvernement à respecter les droits des conducteurs.

Des milliers de plaintes recueillies à propos de la carte grise en ligne

Dans ce communiqué, le défenseur des Droits explique avoir reçu et traité des milliers de plaintes concernant les soucis rencontrés par les usagers du site de l’ANTS, qui a remplacé les préfectures en ce qui concerne les demandes de certificat d’immatriculation. Le problème concerne la carte grise, mais aussi les demandes de permis de conduire en ligne. Les problématiques les plus courantes sont les suivantes :

  • Délais excessifs dans le traitement des demandes de titres
  • Pannes informatiques à répétition
  • Difficultés à joindre l’assistance de l’ANTS

Interpellation du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur

Le défenseur des Droits, Jacques Toubon, a ainsi interpellé le ministre de l’intérieur, responsable de l’ANTS, ainsi que le Premier ministre concernant les nombreuses atteintes aux droits des usagers qui ont été relevées. Manque d’information avant la réforme, accompagnement insuffisant durant son implémentation sont les grands reproches qui ont été lancés. Le défenseur estime également que les difficultés engendrées par la dématérialisation ont été sous-estimées.

Parmi les plaintes reçues, certains usagers ont été jusqu’à perdre leur emploi en raison d’un titre manquant qui les a empêché de conduire leur voiture, et donc d’aller travailler.

Le privé avancé comme la seule solution

Selon l’organisme de défense des usagers des services publics, il n’est pas non plus normal que les préfectures et les CERT, en raison de leur incapacité à gérer la situation, orientent les automobilistes vers les prestataires privés.

Enfin, la dématérialisation est perçue comme trop rapide alors que selon une enquête réalisée en mars dernier, 27 % des Français n’ont pas accès à Internet, tandis que 33 % de la population ne maîtrise pas le web.

Posté le 24 septembre 2018 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies