Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne le connais pas
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Au trou à cause d’une VHS de location et de sa plaque d’immatriculation

Au trou à cause d’une VHS de location et de sa plaque d’immatriculation

cassettes VHS

Aux États-Unis, on ne badine pas avec la propriété privée, quitte à tomber dans le ridicule. C’est ce qu’a découvert à ses dépens James Meyers, qui s’est retrouvé derrière les barreaux après un contrôle routier inopiné.

Sa plaque d’immatriculation a cafardé

Alors qu’il était sur le chemin de l’école pour y conduire sa fille, cet Américain de Caroline du Nord de 37 ans se fait arrêter par la police locale de Concord, qui lui demande de présenter son permis de conduire. L’homme s’exécute, mais après avoir entré son numéro de plaque d’immatriculation dans leur système, les policiers demandent à James de sortir du véhicule. Un dialogue surréaliste s’engage alors, digne d’un très mauvais vaudeville :

« Comment dire, j’ai un mandat d’arrestation contre vous datant de 2002. Apparemment, vous avez loué le film « Va te faire voir Freddy ! » et vous n’avez jamais rendu la cassette. »

James Meyers a d’abord cru à une mauvaise blague, mais l’officier de la maréchaussée était bien sérieux. D’après la loi de Caroline du Nord, ne pas restituer un objet de location est un crime de classe 3 punissable d’une amende pouvant s’élever jusqu’à 200 $. Le mandat d’arrêt a été signé le 28 février 2002 par la société J&J Video.

Les policiers, conscient du caractère absurde de la situation, ont tout de même laissé le pauvre bougre conduire sa fille à école avant de le coffrer.

Une comédie qui tourne au vinaigre

James Meyers l’a mauvaise. Pour la première fois de sa vie, il s’est retrouvé avec des menottes aux poignets. Il a déclaré à la presse : « ils ne se concentrent pas sur les crimes les plus importants. Cette heure que les policiers ont passé avec moi, ainsi que les 90 minutes que j’ai passées dans le bureau du magistrat, auraient pu être utilisées à bien meilleur escient. »

Le réalisateur du film s’émeut

Mais la petite histoire n’est pas finie… Tom Green, scénariste, réalisateur et vedettes de la comédie concernée, a appelé James après avoir eu vent de cette mésaventure par Twitter, histoire de lui remonter le moral.

Posté le 29 mars 2016 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies