Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne connais pas le n° d'immatriculation
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Une vingtaine d’acheteurs ou vendeurs de camping-cars floués dans le Tarn

Une vingtaine d’acheteurs ou vendeurs de camping-cars floués dans le Tarn

camping-cars

La Maison du Plein Air, société spécialisée dans la vente et l’achat de camping-cars dans la région de Castres, n’est plus. Non seulement la société est en redressement judiciaire, mais son gérant est accusé d’abus de confiance, faux et usage de faux et de détournement d’actifs alors qu’une vingtaine de clients auraient été arnaqués.

Impossibilité d’immatriculer son camping-car, acomptes payés sans livraison, etc.

Les premiers soucis en relation avec La Maison du Plein Air remontent à décembre 2014. À l’époque, des clients se plaignent de ne pas pouvoir faire la carte grise de leur camping-car. Le constructeur, Rapido, avait décidé de bloquer les certificats de conformité vu que la société n’avait pas payé les RV. Il avait fallu l’intervention de l’organisation de défense des consommateurs UFC Que choisir auprès du constructeur de camping-cars afin que les propriétaires puissent obtenir leur précieux certificat d’immatriculation et profiter de leur véhicule.

Le gérant de cette société du Tarn, qui se trouve dans une situation financière catastrophique, a poursuivi dans la voie du margoulin. Il a notamment empoché des acomptes sans jamais passer commande des véhicules achetés. Il a également vendu des camping-cars d’occasion, mis en dépôt par des clients, en empochant les sommes au nom de sa société, n’hésitant pas à imiter leur signature pour finaliser la transaction ! Enfin, il a proposé à ses clients certains arrangements, notamment le remboursement anticipé du crédit sur un ancien camping-car repris à l’achat d’un nouveau, arrangements qui n’ont jamais été honorés, les clients se retrouvant alors avec 2 crédits sur le dos.

Le gérant voulait retomber sur ses pattes

Le patron de la maison du Plein Air affirme avoir agi ainsi afin de sauver son entreprise. Il espérait retomber sur ses pattes pour ensuite dédommager les personnes lésées. Cela n’est jamais arrivé… Il devra également expliquer à la justice pourquoi il s’est versé une grosse somme d’argent, du compte de son entreprise à son compte privé, quelques jours avant la mise en redressement judiciaire. Ou encore l’achat d’une Harley-Davidson, qui se trouvait à son domicile et achetée avec l’argent de sa société.

Crédit photo JPC24M via Flickr

Posté le 17 août 2016 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies