Indiquez votre numéro d'immatriculation Je ne connais pas le n° d'immatriculation
Vous êtes ici : Le Blog Eplaque > News > Un ancien commissaire chinois jugé pour trafic de plaques d’immatriculation

Un ancien commissaire chinois jugé pour trafic de plaques d’immatriculation

autoroute en Chine

Le policier indélicat vendait des plaques minéralogiques gouvernementales, dotées d’une quasi immunité

En Chine, les plaques d’immatriculation commençant par « JING-A » sont réservées aux véhicules gouvernementaux. Autant dire que les voitures qui arborent ces plaques disposent d’une quasi immunité sur la route. Excès de vitesse, stationnement illégal… Un privilège sur lequel lorgnaient de nombreux riches particuliers, et qui ont pu obtenir illégalement l’une de ces fameuses plaques via l’intermédiaire du patron déchu de la direction de la circulation de la police de Pékin.

Durant la dernière décennie, le policier véreux a collecté plus de 3,5 millions d’euros en vendant illégalement ces plaques à de richissimes pékinois. En 2012, le patron de la police de la circulation avait déjà été accusé de favoriser certains automobilistes dans l’attribution des plaques d’immatriculation, qui font l’objet de quotas très sévères dans la capitale chinoise, et qui sont attribués par tirage au sort.

L’homme a nié avoir perçu ces 3,5 millions d’euros. Le procès s’est terminé lundi et la cour est en train de délibérer sur son cas.

Posté le 27 mai 2015 dans News.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x

Eplaque.fr utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d'intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies